La « check-list » d’un marketing distribué réussi

Comment réussir son marketing distribué ?

Le monde est un village. Cette expression décrit très bien l’abolition des frontières que l’on connaît actuellement, d’un point de vue marketing. Avec internet, les réseaux sociaux et le mobile, les consommateurs sont en effet en contact permanent avec les marques partout dans le monde. Parallèlement, le digital offre la même souplesse pour permettre aux marques de conquérir de nouvelles cibles aux 4 coins de monde. Tout l’enjeu de ce marketing distribué, ou à l’international, est donc de réussir à combiner la diffusion d’une identité de marque forte et l’adaptation au marché local.

Voici 5 bonnes pratiques pour réussir son marketing distribué.

1. Gestion de la marque à l’international

La charte graphique d’une marque doit être facilement reconnaissable à travers le monde : quoi de plus déroutant pour un consommateur que de constater que deux logos coexistent ? La bonne utilisation des images, logos, chartes graphiques à l’international ne peut être garantie qu’avec l’usage d’une solution de DAM et/ou d’un Brand Center qui centralise et partage ces éléments, et gère notamment les aspects juridiques du droit des images liés aux territoires.

2. Adapter le contenu

La traduction est bien sûr la première chose à faire pour adapter ses messages. La gestion du processus de traduction comprend alors 3 étapes principales :

  • informer les filiales de l’existence d’un nouveau contenu à traduire,
  • gérer les échanges avec les traducteurs,
  • coordonner la diffusion des contenus traduits dans tous les pays.

3. Capitaliser sur les bonnes pratiques

S’appuyer sur les bonnes pratiques acquises grâce à l’expérience de la maison-mère est une bonne idée : capitaliser sur un gabarit d’email qui a bien marché en France en le traduisant, réutiliser des applications mobiles engageantes, organiser à nouveau des opérations de marketing digital qui ont eu un grand succès… Autant de réussites sur lesquelles s’appuyer pour ainsi gagner du temps et du budget.

4. Trouver le bon mix marketing

Il n’est pas toujours possible de transposer exactement sa stratégie digitale d’un pays à l’autre : le taux de pénétration d’internet ou l’équipement mobile peuvent ainsi être différents. Il faut donc appréhender le digital en local et l’adapter aux pratiques, cultures et manières. On n’utilise pas les réseaux sociaux de la même façon en Europe qu’en Asie. L’avantage à utiliser une plateforme multicanale est donc de pouvoir piloter finement ses opérations.

5. Organiser la collaboration entre le siège et les équipes locales

Travailler efficacement à distance n’est pas aisé sans technologie. Les solutions de Marketing Resource Management offrent des fonctionnalités pour gérer l’approche « glocal », par exemple :

  • Accès via une simple interface web à ces modèles ou supports finalisés.
  • Partage de modèles de supports avec des parties « fixes » et des parties « personnalisables ».
  • Organisation du travail des différents intervenants via des workflows.

La mise en place de ce type de processus collaboratif entre les équipes sièges et locales permettra d’optimiser les campagnes au niveau local. C’est à ce prix qu’il est ainsi possible de créer une expérience client unique et cohérente partout dans le monde.

Les solutions de Marketing Resource Management comme celle de Wedia sont particulièrement adaptées au marketing distribué. Brand center ou médiathèques sont en effet capables de délivrer des supports de communication de qualité (et dans toutes les langues) partout dans le monde. Mais aussi de décliner des templates print et web, d’organiser le travail entre l’entreprise et ses agences de traduction, de diffuser du contenu en simultané au niveau mondial…

Envie d’en savoir plus ? N’hésitez pas à nous contacter.